• 156 visits
  • 9 articles
  • 49 hearts
  • 58 comments

répertoire 30/07/2012

Mes répertorieuses c'est les plus gentites :D

http://annuaire-ficitions.skyrock.mobi/

http://repertoire-fiictions.skyrock.mobi/

http://repertoir-pour-fiction.skyrock.mobi/

http://reperttory-of-story.skyrock.mobi/

http://fictiononedirection-3.skyrock.mobi/

Moi même 29/07/2012

Ici pour me raconter et pas ME la raconter ;) si ça pose problème a certains ... Je peux rien y faire désolée ...
Pas besoin de rageux je sais qu'il y a en vous tous des gens géniaux alors montrez-le moi :D
Je sens qu'on peux bien rigoler vous allez voir que ma life elle est bien remplie et que je sais la raconter :P
Je publierais aussi une ou plusieurs fictions ... J'espère ne pas vous décevoir !
bisous dans vos faces !

NEWSLETTER 29/07/2012

Ça te dis de rejoindre mes prévenus ?
Kiff cet article :)
Je veux juste de mes prévenus un kiff & un com expressif par chapitre ^-^
Bisou (l)

Prévenu(e)s':

- http://happyclem.skyrock.mobi/
- http://mini-journaliste-de-geni.skyrock.mobi/
- http://mishiki.skyrock.mobi/2.html

prologue ... 30/07/2012

Je m'appelle Gabrielle. J'ai eu 23 ans il y a peu de temps, je suis mariée depuis mes 19 ans avec un homme que je connaissais alors depuis 5 ans.
Nous n'avons pas encore d'enfants.
Je ne sais pas si j'en aurais un jour, j'ai trop peur de leur faire du mal, de ne pas les éduquer de la meilleur façon possible... Mon époux lui en voudrait et c'est une discussion que nous avons fréquement lui et moi.
J'ai aujourd'hui l'âge que mon mari avait lorsque l'on est devenu amis.
Nous ne sommes pas tombés amoureux tout de suite, même si lui aime à me dire que si.
On a eu beaucoup de mal à faire accepter notre couple à cause de la différence d'âge et de beaucoup d'autres facteurs mais on a tenu bon et jusqu'à ce jour je n'ai pas eu à le regretter .
je suis un peu perdue.
Alors je prends la plume.
J'ai besoin de mettre les choses au clair avant de craquer complètement ou de faire une bêtise ou deux comme descendre une bouteille de vodka et m'allumer un splif.

Mais peut-être fairais-je mieux de commencer par le début non ?


Alors, physiquement je suis Brune aux reflets roux, j'ai les yeux noisettes tirants sur le vert en été et des lentilles ou des lunnettes tout dépend de la journée et de mon humeur.
Je me trouve un peu trop ronde mais rien de bien choquant je passe ma vie en talons même si je ne suis pas très petite de taille. Je ne suis juste pas assez grande !
Moralement, je suis plutôt honnête, fidèle en amour et en amitié, adepte de la ponctualité, j'aime rire de tout pour rien avec le maximum de gens possibles.

Mon amoureux me trouve totalement folle mais "ça fais parti de ton charme" comme il dit pour se convainvre que sa femme mérite qu'il reste avec elle !
En ce moment honnêtement Je sais pas trop ou j'en suis. Je dirais même que je suis totalement perdue.

Mais revenons-en aux Origines ...
Je suis née en hiver, il neigeait la nuit de ma naissance (mais n'y voyez là rien de significatif, mis à part que mes parents ont eu une galère de voiture et que ma naissance a rimée avec stress). Je suis la deuxième sur quatre enfants. mes frères et soeurs et moi même nous entendons assez bien. Nos parents sont ensembles et sont nés en France, quand à mes grand-parents, ils viennent d'un peu partout je dois dire. Nous sommes assez soudés dans notre famille, même si depuis mon mariage certains de mes oncles et tantes ne m'adressent plus la parole .

A deux ans et demi, avec ma meilleure amie de trois ans à l'époque des fait, trop impatiente d'aller au jardin et jugeant ma nounou trop lente, je suis partie.
J'ai entraînée mon amie avec moi et nous sommes allées au jardin seules.
Depuis cette fille et moi on s'est perdues de vue mais c'est restés un souvenir assez fort.
Cette histoire montrait déjà que j'avais un temps d'avance et une case en moins que tout le monde je crois. Ma nounou a eu très peur et nous, on était au bac à sable. Les enfants sont des monstres d'égoïsme.
tout s'est bien terminé tout le monde a eu si peur qu'on s'est même pas faites gronder.
J'aime mon homme je ne l'ai jamais trompé.
j'ai envie de vivre une vie heureuse et joyeuse j'ai eu assez d'épreuves comme ça et Raf' aussi. On aspire a la tranquilité.

Que dire de plus ?
Je ne sais pas trop...
Sinon que depuis ce matin j'y ai repensée et que ma journée en a alors pâtis.
J'ai pensée a ceux qui n'étaient plus là au détriment des vivants et ça on est pas près de me le pardonner.
Laissez moi m'expliquer...

Chapitre 1 02/08/2012

Aujourd'hui est un jour particulier.
Aujourd'hui, nous jeûnons moi et ceux de ma religion.
Aujourd'hui, nous nous souvenons des morts et leur rendons visite.
Aujourd'hui, nous appelons sur nous la mémoire de ce qui fut notre Temple et qui nous a été arraché.
J'avai 15 ans lorsque mon cimetière s'est rempli de façon affolante et démesurée me laissant de plus en plus seule et désemparée.
Aujourd'hui j'ai pensée à eux, comme tous les ans, mais j'ai pensée à eux si fort que mon monde a implosé ...

Ordre chronologique d'une necrologie :

Mattia : mort a 10 ans.
J'étais pas encore née.
C'était mon oncle.
En ce jour du souvenir, son ombre a planée lourdement, si lourdement qu'elle nous a tous ettouffée d'un nuage de tristesse nocif. Ce matin, j'ai vu mon père regarder sa photo avant de se lever et de partir vers le cimetière. Je le sais qu'il l'a fait, il le fait tous les ans. Tous les jours de coup de blouse. Ces mêmes gestes : sortir la photo de sa boite, la regarder, la fixer, tenter de dénicher dans cette petite tête blonde un signe de vie. Puis il la range, se lève et part.
Mort : renversé par une voiture. La rate a pas tenu le choc.
Depuis, la médecine et mon père c'est un peu compliqué, quand à moi, lorsque je traverse je regarde trois fois de chaque coté.

Marcelle : morte a 98 ans.
J'en avais 11.
C'était mon arrière-grand-mère.
Une de ces pieds-noirs arrivés d'Algérie qui ont du tout reconstruire et tout regagner. Dans le doute et l'adversité, elle a tenu contre vents et marées et a élevé ses enfants dans l'amour. Une warrior.
J'ai pour elle le plus grand respect.
Mort : a l'hôpital, la vieillesse.
Je voudrais plus que tout avoir sa force de caractère. C'est mon exemple, mon modèle sur cette Terre.

Jeremy : mort à 15 ans.
J'en avais 12.
On faisait du patinage artistique ensemble, en équipe. Depuis sa disparition, j'ai raccroché les patins. On se ne connaissait pas vraiment mais je me rappelle de lui : un métis si beau ! Sur la glace on avait l'impression qu'il n'avait pas de consistance tellement il était fluide.
Mort : arrêt cardiaque en compétition. Coeur trop fragile n'a pas supporté la pression. Je haïs les hôpitaux. Et je n'approche plus d'une patinoire. Personne, à part mes parents et mes frères et soeures, n'est au courant. Je ne veux pas de la pitié des gens.

Diana : morte à 16 ans.
J'en avais 15.
C'était, c'est -je ne sais jamais- ma meilleure amie. Elle était devenue anorexique suite a des problèmes de familles sérieux et des troubles sentimentaux. Y penser, ça me détruis. Je n'arrive pas a m'empêcher de penser que c'est sa faute a Lui.
Mort : médicaments a jeun. Tout un tube. Elle ne s'est jamais réveillée.
J'ai eu du mal après rien qu'à reprendre du Doliprane. Mon coeur s'est brisée aujourd'hui comme chaque fois que je pense à elle.

Quentin : mort a 17 ans.
J'en avais 15.
Ce fut un de mes amis les plus précieux sur cette planète. Une rencontre brève mais intense. Trop intense certainement.
Mort : s'est jeté du haut du toit de son lycée. Le jour du bac. En laissant un mot à sa place "au moins une fois dans ma vie j'sers a quelque chose".
A ce jour, passer sur un pont me fous les choquottes. Je n'osais plus me pencher par la fenêtre et je n'allais même plus chez ma cousine qui habitait au septième étage, à l'époque. Au septième, trop de ciel pour moi !

Comment vous parlez d'eux autrement que froidement ? Lorsque mes pensées s'égarent vers eux j'ai une grosse boule dans la gorge qui se forme et mon coeur déborde par mes yeux...
Au début, je pensais que je ne pourrais jamais faire face.
J'étais secrètement amoureuse de Jeremy, mais j'ai surmontée plutôt vite. Mais Quentin et Diana...
Eux c'étaient des gens vraiment important. J'ai toujours eu un groupe d'amis et de "meilleurs amis" assez important, mais Diana était la première, la plus importante, la priorité sur tous.
Avec Quentin, notre amitié remontait pas à très loin mais il comptait déjà énormément pour moi. Il était une de ces personnes qui avait compris en profondeur qui j'étais et qui l'avait accepté. Lui et moi, ça a été tellement facile ! Mais ma famille n'a jamais su que j'étais amie avec lui ; un garçon et une fille aussi proche c'était inconvenant. Du coup, quand il m'a quittée je n'ai jamais vraiment pu afficher ma douleur. Et la douleur de la perte de Diana n'en a été que décuplée.

Aujourd'hui, j'ai ressortie les mots qu'on s'envoyait en classe, les lettres que je recevais après son départ en pensionnat, les cadeaux, les sms, les conversations facebook et tout le reste des souvenirs matériels et immatériels que j'avais avec Diana.

J'ai fait de même avec Quentin ...

J'ai laissée apparaître certaines photos à certains moments ... Les souvenirs m'ont envahit sauvagement et je n'ai eu qu'un bon à faire du matelas où j'étais installée jusqu'à mon vélo. J'ai pedalée comme si j'étais en retard a un rencard, j'ai foncée !
Je suis allée Le voir.
J'étais pile a l'heure.
Sa mère était devant la grille et m'a saluée, elle était avec son compagnon qui m'a serrée la main avec vigueur.
Le couple ne m'a pas accompagnée jusqu'à lui. Ils sont restés en retrait. J'ai fait abstraction d'eux.
Il n'y avait que Quentin et Moi.
J'ai sortie de mon sac le poème que j'avais écris en pensant a lui il y a quelques années et que je venais de retrouver. Je lui ai déposé et j'ai pleurée. Longtemps je crois. J'aurais pu rester des jours repliée ici mais la réalité m'a rattrapée. C'était Alain, le beau-père, qui me tendait un mouchoir. Il était temps pour moi de m'en aller.
J'ai décadenassé et j'ai fuis cette ambiance surrannée du cimetière.
Je déteste cet endroit, vraiment !

J'ai préféré me rendre sur le parvis de la cathédrale, la où lui et moi avions pour habitude de nous poser quand on se voyaient. Sur les marches au soleil. Avec ces moines qui, au fil du temps, avaient finit par nous connaître...
Ils étaient prêtres ou enfants de coeurs, résidents sur place ou dans la ville, tous dans de magnifiques soutanes blanches.
Moi, la feujette, et lui, l'athé, on les faisait bien rigoler je crois !

J'avais pedalée trois quarts d'heure pour arriver au cimetière sous un soleil de plomb puis encore une heure jusqu'à la cathédrale. Je n'avais rien dans le ventre puisque c'était jour de jeûne. Aussi, lorsque je suis arrivée chez mon beau-père, où nous passions le week-end, Raphaël, ses deux frères, ses soeurs, leur conjoints et conjointes et leurs enfants et moi, ma tête a commencée a tourner et j'ai vu des étoiles danser la salsa dans ma boite crannienne... Autant dire que j'ai fais qu'un bon jusqu'à "mon" lit.
j'avais a peine fermée les yeux que Raphaël a claquée la porte de la chambre et a commencer à me descendre en flamme...




Des fautes ? Encore un chapitre pas tres long mais j'essaie de m'ameliorer promis !
Un kiff & un com espressif pour être prévenu !
Bientôt la suite !
Bisous dans vos faces !
Et voiiiilaaa :D